GOMBO

0
9138

Le Gombo en un coup d’œil

Le gombo sort progressivement à partir de ce mois de Juin. Il sera de plus en plus disponible à des prix meilleurs.

En Côte d’Ivoire, deux variétés de gombos occupent nos assiettes, le Koto à membrane lisse (appelé communément gombo baoulé) et le Tomi à membrane discontinue (appelé communément Gombo Dioula).

Bon pour le cœur, le gombo peut se déguster aussi bien préparé que cru.

Ce légume est cultivé partout en Côte d’Ivoire, généralement par les femmes pour la consommation et la commercialisation du surplus.

Allons y donc pour de bons repas à base de Gombo

Du nouveau dans vos assiettes avec le gombo :
(d’après goneraw.com)
 

 

Recette 1

Salade de gombos 

Ingrédients :

·  15 gombos, lavés et tranchés

·  1 oignon, finement tranché

·  1 belle tomate, hachée

·  1 gousse d’ail, écrasée

·  1/4 de poivron jaune, haché

·  une giclée de tamari

·  3 c. à soupe d’huile d’olive

Préparation :

Préparer les ingrédients ci-dessus et les réunir dans

un saladier Bien mélanger le tout. Dégustez !

Recette 2

Gombos marinés

Ingrédients :

·  1 gombo

·  Tamari, selon goût

·  1 à 2 gousses d’ail, hachées

·  Préparation :

·  Tranchez le gombo en fines rondelles, mélangez avec le tamari et l’ail. Laissez mariner environ 2 heures.

·  Dégustez tel quel ou en garniture sur des canapés ou des crackers déjà garnis d’une tartina de/pâté, d’un beurre d’oléagineux, d’une mayonnaise ou d’un pesto (sauvage ou non).

 


 

D’où nous vient le Gombo ?

Le Gombo nous viendrait de l’Afrique noire. Il serait très ancien et même consommé en Egypte à l’époque des pharaons. Cet aliment, fortement présent dans la consommation africaine, s’est propagé dit-on à travers le monde par la navigation côtière, puis à travers les caravanes d’esclaves. Aujourd’hui, il est présent un peu partout dans le monde, surtout dans les pays au climat chaud.

Comment produit-on le Gombo en Côte d’Ivoire ?

Notre Gombo a pour nom scientifique « Abelmoschus esculentus ». Le CNRA a sélectionné deux variétés pour la culture en Côte d’Ivoire, le Koto à membrane lisse (appelé communément gombo baoulé) et le Tomi à membrane discontinue (appelé communément Gombo Dioula). La culture du gombo réussit partout en Côte d’Ivoire et la production annuelle est d’environ 100 000 tonnes. Selon le CNRA, pour les variétés sélectionnées, la production par hectare va jusqu’à 6 Tonnes pour un champ bien tenu. La mise en place de la culture se fait en début de saison des pluies selon les zones. La production de Gombo se fait généralement en association avec d’autres cultures sur de petites surfaces atteignant rarement 1 hectare. C’est une activité principalement dédiées aux femmes. Pour avoir tous les détails sur la production du Gombo, consulter le site du CNRA où l’itinéraire technique détaillé est expliqué.

Pourquoi consommer le Gombo maintenant ?

  • La disponibilité et le prix : Même s’il est moyennement présent en ce moment, le gombo devrait sortir de manière plus importante au cours de ce mois de juin. Préparez-vous donc à en consommer. Les prix seront donc plus avantageux pour nous consommateurs.
JANV FEV MAR AVR MAI JUIN JUIL AOU SEPT OCT NOV DEC
                                                                         
Calendrier de disponibilité du gombo

       Disponibilité faible

      Disponibilité moyenne

       Disponibilité forte

  • La variété de plats: Le Gombo se consomme sous une variété de plats et contribue à donner une coloration, une texture et un goût généreux aux préparations. Il s’adapte au riz «  Lafri (riz au soumara)», aux sauces « copê, gouagouassou, sauce claire, etc. ».
  • Source de bien être : Il contient beaucoup de fibres alimentaires solubles, reconnues pour leurs effets bénéfiques sur le cholestérol. C’est un légume qui procure un bon apport d’antioxydants, de vitamines et de minéraux. Ceux qui n’aiment pas le gombo du fait de son apparence gluante lorsqu’il est préparé, peuvent opter pour le gombo cru. Eh oui, il se mange cru.

Où trouve-t-on Le gombo et à combien ?

Le Gombo est un aliment très apprécié par les africains, par les ivoiriens. Il est présent sur tous les marchés et désormais on le trouve même en supermarché. L’essentiel de la production est absorbée par le marché local. Le gombo se retrouve également sur le marché sous forme séché communément appelé le « Djoublé ». La récolte est gérée par des circuits informels, qui acheminent la production par petit lot vers les grands centres urbains, qui sont les principales zones de commercialisation.

Désignations Prix de gros au kg Prix de détail au kg
Min Max Min Max
Adjamé 700 800 1200 1200
Yopougon 700 800 1200 1200
Autres marchés 1300 1500

Les prix Du gombo au 30 Mai 2017

En gros, le gombo se vend par seau d’environ 3 kg entre 2000 et 2500 FCFA sur les grands marchés d’adjamé, de yopougon et dans Les gares.

Au détail, il se vend par lot de 5 à 10 gombos à 100 FCFA selon les quartiers et les calibres.

Comment bien choisir et conserver notre Gombo?

Le Gombo se délecte jeune et tendre. Trop mature, il devient dur, fibreux et remplis de graines dures, perdant ainsi ses atouts gustatives. Il se déguste au plus trois à quatre jour après la cueillette lorsqu’il est conservé à température ambiante. Pour une durée supplémentaire de 3 à 5 jours, le gombo se conserve au frais. A l’achat, l’apparence du gombo doit être verte pas très foncée. L’extrémité pointue doit rompre très facilement à la pression des mains.

Le gombo mis à ébullition pendant cinq minutes peut se conserver au congélateur pour la préparation du « Gbolou tro » (demandez aux Baoulé). Il peut également être séché pour notre « Djougble national ».

Comment bien manger le gombo ?

Nous consommons le plus souvent le gombo préparé à l’eau ou grillé à l’huile de palme avec des protéines (viande ou poisson). Le gombo peut tout aussi bien se manger cru (voir recette). En préparation, ce légume se déguste entier dans la sauce, écrasé ou découpé en petits morceaux. Dans tous les cas, on extrait les deux extrémités.

Investir dans le gombo ?

Superbe idée, car la demande est bonne en Côte d’Ivoire sous toutes ses formes, fraiches ou séchés. Cependant, il convient de prendre toutes les précautions pour garantir l’arrivée du produit frais dans les 24 heure maximum après récolte sur le lieu de commercialisation.