Lutte contre la vie chère : Le Ministre Diarrassouba en campagne sur les prix plafonnés

0
296

“Sur le terrain, le gouvernement accentue les actions de lutte contre la vie chère. Le Ministre du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME,  Souleymane Diarrassouba était en campagne à Yamoussoukro où il a envoyé les préfets de région et les Directeurs Régionaux du Commerce Intérieur en mission pour veiller à l’application stricte des prix plafonnés des denrées de première nécessité.”

Ce lundi 31 juillet 2017 à Yamoussoukro, a eu lieu une séance d’information sur les mesures d’application du décret N° 2017-467 du 12 juillet 2017, portant plafonnement des prix et marges de certains produits entre le Ministre Souleymane Diarrassouba, Ministre de l’Artisanat, du Commerce et de la Promotion des PME, le corps préfectoral et les trente-et-un (31) Directeurs Régionaux du dudit ministère.

A cette occasion, le Ministre a expliqué à son auditoire que ce décret est le fruit de plusieurs enquêtes réalisées auprès des populations ivoiriennes qui ont révélé sans exception que les produits de consommation courante étaient de plus en plus inaccessibles tant ils connaissaient des augmentations répétées.

Ainsi, selon lui, la mise en exécution de cette décision du gouvernement ne saurait se réduire à être l’affaire du seul département du commerce. C’est pourquoi, il a exhorté les administrateurs à s’approprier le décret, mieux, à informer les acteurs concernés, administration publique, consommateurs et commerçants, dans les localités sous leur autorité en vue d’une plus grande adhésion de tous et à un contrôle par les populations elles-mêmes, du respect des dispositions du décret.

Aussi, le Ministre a-t-il indiqué avant de remettre aux préfets leur lettre de mission, que ces mesures ne sont prises contre personne mais au contraire elles sont pour le bonheur de tous.

A sa suite, le Directeur Général du Commerce Intérieur, Aimé Koizan, a exposé sur les nouveaux prix des produits concernés. Notamment le riz, le sucre, l’huile de table et la tomate concentrée ainsi que le ciment. Il a indiqué que la décision d’application obligatoire sur une durée de six mois, visait à maintenir les prix des produits concernés à des niveaux raisonnables qui tiennent compte pour l’intérieur du pays de la péréquation transport. Il a par ailleurs fait remarquer qu’en cas de non-respect des dispositions du décret, les contrevenants seraient sanctionnés par le paiement d’une amende allant de 100 mille à 50 millions de francs CFA, à la saisie de leurs marchandises et la fermeture de leurs commerces.

Les différents échanges qui ont suivi, ont permis de situer le rôle de chacun dans la réussite de cette mission.

 

Voir la vidéo sur notre chaîne Youtube