Lutte contre la vie chère : Le CNLVC et le PNUD échangent sur des pistes de collaboration

Dr Ranie-Didice Bah-Koné, Secrétaire Exécutif du Conseil National de Lutte contre la Vie Chère (CNLVC) veut mener à bien sa mission de veille des prix des produits de grande consommation et de préservation du pouvoir d'achat des populations. Pour se faire, elle a sollicité, le mardi 18 janvier 2022, au cours d'une audience qui lui a été accordée, l’appui technique et financière du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD).

0
361

 

 
Dr Ranie-Didice Bah-Koné, Secrétaire Exécutif du Conseil National de Lutte contre la Vie Chère (CNLVC) veut mener à bien sa mission de veille des prix des produits de grande consommation et de préservation du pouvoir d’achat des populations. Pour se faire, elle a sollicité, le mardi 18 janvier 2022, au cours d’une audience qui lui a été accordée, l’appui technique et financière du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD).

 
A l’entame des échanges, Dr Bah-Koné a fait savoir que sa démarche s’inscrit dans les actions du Ministère du Commerce et de l’Industrie. Elle a ainsi décliné le programme d’activité du CNLVC : “Nous avons une pléiade d’activités pour cette année 2022 que nous souhaitons mener au profit de nos populations. Voilà pourquoi nous sommes venus solliciter l’appui du PNUD pour qu’il nous accompagne dans la mise en œuvre de projets et programmes en faveur des populations ivoiriennes».

La collaboratrice du Ministre du Commerce et de l’Industrie, Monsieur Souleymane Diarrassouba, a souligné que l’objectif pour cette année 2022 est de davantage rapprocher sa structure des populations notamment à travers les comités locaux de lutte contre la vie chère qui ont été installés sur l’ensemble du territoire national.

Quant à Monsieur Bécaye Diarra, économiste principal du PNUD, par ailleurs représentant à cette séance de travail Madame Carol Flore-Smereczniak, la Représentante-résidente du PNUD en Côte d’Ivoire, il s’est réjoui du combat du CNLVC au profit des populations. Il a par ailleurs donner des assurances quant à la collaboration entre son institution et le CNLVC. Il a précisé que le partenariat entre le CNLVC et le PNUD s’articulera autour de deux principaux axes que sont : « l’analyse des causes profondes de l’évolution des prix des produits de grande consommation avec l’élaboration d’un indice du coût de la vie et la mise en oeuvre de programmes au profit des populations les plus vulnérables notamment les femmes et les jeunes à travers l’appui à des activités de promotion du consommer local».